Sormani, délices d’automne chez l’italien si parisien !

Franck Potier-Sodaro reprend l'institution du 17e arrondissement

C’est toujours un bonheur, d’aller déjeuner ou dîner chez Sormani, institution italienne à l’orée de l’Étoile. Franck Potier-Sodaro, à récemment repris l’affaire après y avoir travaillé, pendant deux décennies, aux cotés du charismatique fondateur de l’établissement, Pascal Fayet. Franck, sommelier, son métier d’origine, fit ses classes auprès du célèbre Philippe-Faure Brach, meilleur sommelier du monde, puis au Bristol. Une page se tourne, sans changer l’ADN du lieu : une divine cuisine italienne, tendance gastronomique. Le décor a été rafraîchi. Mais les gardiens du temple en sont toujours les lustres en Murano et le tableau peint par Pascal Fayet. Le motif arlequin, aux tutti coloris, est d’ailleurs reproduit sur les assiettes. Il faut reconnaître que la segmentation de l’espace en corners cosy ajoute à l’ambiance, aussi conviviale que feutrée.

Franck Potier Sodaro

Ode à la truffe blanche et aux cèpes

Coté carte, bienvenue en automne, avec bien sûr les grands classiques signature. Mais la vedette de la saison, c’est la truffe blanche d’Alba. Elle accompagne généreusement et embaume quelques plats comme les fettucine, le risotto ou les tortellini à la crème de parmesan. C’est aussi la fête des cèpes, servis, par exemple, en fricassée sur un œuf mollet au lard de Colonnata. Autres incontournables des lieux et du moment, les coquilles Saint-Jacques, de bord de mer ou de pleine mer, de Bretagne ou de Normandie. À savourer poêlées, au citron de Sicile avec leurs légumes d’automne.

Sormani, un péché de gourmandise

Les desserts sont largement à la hauteur. La glace vanille à la nougatine et caramel au beurre demi-sel est un péché de gourmandise. Tout comme le soufflé au citron. Certes, il y a une  » formule sur le pouce « , avec entrée, plat, dessert et deux choix pour chacun à 58€. Mais en réalité, qui n’aurait pas envie de s’éterniser ici… Carte : comptez environ 100€. sormanirestaurant.com

Konvives, la bonne surprise du 17e avec Maxime Lellouche en cuisine

La Halle aux Grains, restaurant caché de Michel et Sébastien Bras à la Bourse du Commerce

Food & Art, le Palais Galliera se met à table

Restaurant Salvaje Paris : quand le Japon rencontre l’exotisme