Jérôme Héranval au Château Les Amoureuses, en Ardèche

Le winemaker qui fait monter en gamme les 15 références de son domaine

Prendre en main un domaine viticole en Ardèche, un terroir peu connu pour ses vins, relève du challenge ! C’est pourtant le pari de Jérôme Héranval, directeur général, œnologue et winemaker du Château Les Amoureuses, à Bourg-Saint-Andéol. Les ardéchois aiment en effet raconter que, par temps humide la terre colle aux bottes des paysans, car elle est amoureuse…

Le domaine du château les amoureuses au milieu des vignes

Une belle ambition appuyée sur un terroir

Cet ancien des grands vignobles du bordelais a un grand projet pour son domaine. Avec l’envie de bien faire chevillée au corps, il met en œuvre tous les moyens pour le hisser sur le podium des noms qui comptent dans sa région. Avant de viser le marché national, puis l’export. Pour cela, la montée en gamme qui lui tient à cœur est impérative. Sans oublier l’obtention de la certification bio en 2023 et l’inscription de ses vins à la carte des plus grands restaurants. Voilà ses prochains objectifs !

Château les amoureuses chai de vins avec l'élevage en amphores

Montée en gamme avec Jérôme Héranval

Cette nouvelle terre promise du vin, sur la rive droite du Rhône, il veut en être le pionnier. Et comme dégustateurs privilégiées, le Château les Amoureuses s’adresse en priorité aux clients du Domaine du Colombier, un 4 étoiles de charme au restaurant étoilé. Son autre terrain de jeux s’étend sur 150 hectares de vignes. Là, Jérôme Héranval joue à fond la carte de la préservation de l’environnement et de la biodiversité. Une condition sine qua none pour obtenir également label Haute Valeur Environnementale. Avec lui, aucun herbicide ni d’engrais pour chouchouter les cépages de Cabernet Sauvignon, Malbec, mais aussi de Touriga National, un cépage de la vallée portugaise du Duro.

Des cuvées soignées sur la table des fêtes

Pour cela, il a la bénédiction de son propriétaire, Jean-Pierre Bedel, lorsqu’il vise l’excellence. L’hôtel Peninsula, à Paris, est le premier palace à inscrire ses vins à ses cartes. L’encépagement, la conduite du vignoble, la vinification, l’élevage en foudres, barriques ou amphores, les assemblages de 15 références et l’approche plus verticale, c’est Jérôme Héranval qui en parle le mieux. Surtout que ces explications sont immanquablement suivies de dégustations. Avis aux connaisseurs de sa cuvée de prestige, l’Éclat, les fêtes de Noël approchent et seules 2 000 bouteilles sont produites… lesamoureuses.wine

Romain et Delphine Barthe, à l’Auberge de Clochemerle

Damien Fremont, chef du Capucine aux Jardins de Coppélia

Avec Valentin Krawczyk, chef résident de La Table Cachée de Michel Roth au BHV Marais

Cheffe Magda, à la Villa l’Insoupçonnée, aux Paluds de Noves