restaurant Odette ma fille Judith

Odette ma fille !, le comptoir de la Coca à Paris

Des chaussons garnis aux saveurs méditerranéennes

Certains traversent déjà tout Paris pour engloutir ses chaussons fabriqués maison. Rien de plus normal, ils sont dédiés à la Coca. Odette ma fille ? C’est tout d’abord une personnalité : Judith Tricon-Russo. Cette jeune et jolie brune pleine d’optimisme et de volonté assouvit enfin son rêve. Mettre en lumière les recettes d’origine pied-noir, de préférence d’Algérie, que lui préparait sa chère grand-mère. Avec comme fil rouge, la Coca, ce chausson salé traditionnel fourré et enrobé d’une pâte à l’huile irrésistible. Cette marseillaise adoptée par Paris ne sort pas de nulle part.

Son bagage, dans la profession, elle l’a acquis dans l’univers de l’hôtellerie de luxe. Et dans le FoodLab d’une cuisine à partager. La voilà qui s’installe dans un restaurant de poche, le long d’une petite rue discrète au cœur de son quartier préféré, le 18e arrondissement de la capitale. Là, dans un décor néo-vintage bien étudié où le Formica domine, elle décline sa vision contemporaine de la Coca adaptée à nos appétits urbains.

Cette spécialité, croustillante et savoureuse, elle la propose chaude ou froide dans de petites assiettes à partager. Jusqu’à s’en lécher les doigts. Escortée par une sélection pointue de bières artisanales et de vins. La carte sans prétention affiche également du pain brioché sicilien, de la crème de fêta pimentée, un houmous à l’ail confit et au ketchup d’oignons et des torsades composées avec la pâte à coca. Pour la partie sucrée, on tente la part de flan parisien au sésame ou le riz au lait d’amandes, praliné et poires, forcément régressifs. Et on se promet de redécouvrir l’adresse lors d’une nouvelle exploration de ce quartier si exotique… Formule à prix imbattable : 11€ ou 13€, servi avec des légumes de saison et même une option végétarienne. 16, rue de Trétaigne – 75018 Paris. odettemafille.fr

Guilhem Sevin renouvelle le concept de son restaurant, à Avignon

Vichy : le Top 3 des restaurants d’une ville aux 1 000 spécialités

Pierre-Henri Morel : 10 ans de fine cuisine au restaurant Les Magnolias

Déjeuner à bord d’un train mythique, en Vendée