Le Train Bleu, brasserie culte de la Gare de Lyon, renoue avec la gastronomie

Un lieu de légende, à redécouvrir pour son décor et sa cuisine nouvelle

Le Train Bleu n’est pas à proprement parler un train. Il s’agit plutôt d’un monument historique cher aux français. Et à tous les voyageurs, de passage dans la Gare de Lyon. Qui se sont un jour ou l’autre arrêtés pour un petit déjeuner, un déjeuner ou un dîner dans ce restaurant en forme de temple néo-baroque et Belle Époque. Il fut construit pour être un simple buffet de la gare, par l’architecte Marius Toudoire, en 1900. À l’occasion de l’Exposition Universelle. Le lieu que l’on découvre après avoir grimpé les marches d’un double escalier prit finalement le nom de Train Bleu en 1963, devenant au fil du temps la brasserie culte que l’on connaît. En hommage au « Paris-Vintimille », dont les couchettes de luxe filaient vers cette ville italienne après avoir longé les stations balnéaires de la Côte d’Azur. 

Le décor du Train Bleu célébré par le cinéma

Le Train Bleu passionne les amateurs d’art en les régalant des produits de nos terroirs. Dès l’entrée, le spectacle est à la hauteur des attentes. Les fresques sont éclatantes de couleurs afin que les yeux en profitent autant que les papilles. Ici, les 42 peintures qui ornent murs et plafonds voyagent de Paris jusqu’en Méditerranée. Les lustres sont flamboyants, les dorures prestigieuses, les boiseries en acajou patinées et les sculptures d’angelots et de divinités attachantes. Quant aux banquettes en cuir bleu, elles ont accueilli tant de personnalités. De Brigitte Bardot à Sarah Bernhardt en passant par Coco Chanel, Jean Cocteau, Salvador Dali, Jean Gabin. Sans oublier un fidèle, l’ancien Président de la République, François Mitterrand. Même le mobilier, hors d’âge, nous fait remonter dans le temps. Le tout est digne d’un musée, avec ses salons d’apparat où l’on vient d’abord pour manger.

Un grand chef étoilé et des valeurs sûres dans l’assiette

Bonne nouvelle, le chef Michel Rostang signe la carte, avec la complicité de Samir Balia, en mettant le produit et les saisons à l’honneur. Au bar sur le pouce ou en salle, le retour à la tradition s’accompagne des recettes intemporelles. Comme le tartare de bœuf de Salers, le pâté en croûte de veau, la royale de foie gras de canard, la crème Dubarry à la truffe, le croustillant de tourteau et le baba au rhum. Sans oublier le gratin dauphinois, sans fromage ni œuf, pour escorter le gigot d’agneau rôti tranché sous les yeux des clients. Qui en redemandent ! Des plats, appuyés sur une cave privilégiant les valeurs sûres, qui signent le succès d’un lieu qui redevient enfin un rendez-vous gourmand. Petits déjeuners : 19€, 26€ et 32€. Traveller’s Box à emporter : 37€. Carte : 100-120€. Gare de Lyon – 75012 Paris. Tél. : +33 (0)1 43 43 09 06. Site Internet

Tekés : une cuisine végétale israélienne de haut vol

Le Melville, le restaurant qui célèbre le jazz à toute heure

Gala, la fête orientale s’invite à Paris

Bel Canto Paris, les diners spectacles gastro-soprano